Common people, les classes sociales en chanson

Common people, les classes sociales en chanson

En 1995, le groupe Pulp sort la chanson Common People, extraite de l’album Different class. Les années 1990 sont alors dominées par un courant que l’on nomme la brit pop (Pulp, Oasis, Blur…).

Le morceau est une critique adressée aux personnes issues des classes aisées qui fréquentent les marges urbaines et les classes populaires pour le frisson et l’exotisme que cela leur procure, “the naive desire of bohemian sons and daughters of fortune to blend into the underclass as some sort of cultural experience” (Financial Times, 11 mai 2018).

L’authenticité des personnes appartenant aux classes populaires est souvent célébrée par ceux qui sont issus des classes supérieures. On évoque “le bon sens”, “les pieds sur terre”, sous-entendant une distinction entre travail manuel et travail intellectuel et naturalisant ce qu’est l’expérience d’être pauvre.

Dans cette émission diffusée sur Spotify, le critique Dorian Lynskey revient sur la chanson et son contexte de création et de réception.

Cet article paru dans le Gardian offre aussi une perspective intéressante sur la lecture que l’on peut faire du morceau selon qu’on la considère du point de vue de la fille riche qui s’encanaille avec les pauvres ou de l’étudiant pauvre qui dialogue avec cette fille riche.

Dans le podcast comme dans l’article, en creux est abordé la question du genre, en plus de l’enjeu de classe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *